tropique du cancre - Le Weblog de Ded


Mail:tropiqueducancre(a)free.fr
Archives


Octobre 2004
Septembre 2004
Aout 2004

Octobre 2003

Septembre 2003

Aout 2003
Juillet 2003
Juin 2003

Mai 2003

 

Blogs remarquables ou remarqués


Maïa
Satanic Kitten
L'Excentrée
Les mers veillées
Les (de)pensees
Melfrid
Emmanuelle
Blog Out
NouS
P777
dev/random
Inkorrect
Paulette Nesquick
Elle



 

 

Autres sites utiles

   
   
   
   
   
   
   

 

Au fil des Jours

30/11/2004

Déjà que j'écris moins, si en plus j'oublie de mettre en ligne...Je reçois des mails de réprobation pour mon silence.


29/11/2004

Petite manoeuvre à l'image de son auteur
Est-ce par négligence ou manque d'observation que l'information du jour était le coût du sacre de Sarkozy, tout sur la forme et rien sur le fond, alors que sa démission du ministère pour la présidence d'un parti s'inscrit une fois de plus dans le cahier des charges de ses ambitions arrivistes. Alors que pointe de plus en plus une scission au sein même de l'UMP, s'assurer la tête du regroupement politique était le plus sûr moyen de ne plus pouvoir être exclu du mouvement, mais au contraire d'en insuffler l'influence de ses propres idéaux. De préférence conservateurs, cela va de soi.


28/11/2004

Parenthèse
Le cerveau sur off pendant quelques semaines, ça ne fait pas de mal, sauf que c'est un signe indirect que la grande forme n'est pas au rendez-vous. Impossible de savoir ce qui déclenche ce genre de ralenti. Est-ce l'absence de réjouissances quotidiennes simples comme écouter de la musique, lire, voir des amis qui fait rentrer dans sa coquille, ou le contraire, ces changements devenant seulement des symptômes? Mais il fallait bien que je refasse surface pour l'approche de cette période qui me fait autant réagir, les fêtes de fin d'années étant sans doute le pack de conventions qui m'irrite le plus au monde, surtout par sa faculté d'anesthésier l'esprit de jugement et de libre-arbitre de tous, même mes plus proches, et moi-même au passage. Difficile de tenir face à la pression consommatrice traditionnelle et la culpabilité que tous tentent de me refiler quand je préfère oublier les obligations morales et les rituels de paillettes, de grelots, de mensonges aux enfants, et de repas abusivement riches, pour donner un visage plus joyeux à la fête de la consommation. Mais bon, j'arrête là mon fiel pour mieux y revenir plus tard.


11/11/2004

Qui sème la soumission récolte la révolte
C'est avec un air ahuri et stupidement surpris que le gouvernement français s'insurge contre la vague de racisme anti blanc qui se répand en côte d'Ivoire. Fallait-il s'attendre à autre chose? La présence des français dans ce pays, même si elle contribue à son développement économique, est un héritage de la colonisation, avec le maintient de privilèges d'expatriation, la vie dans des quartiers résidentiels cossus, et la persistance d'une présence militaire. Que la communauté internationale mandate le pays colonisateur pour le maintient de la paix est au mieux une grosse gaffe, au pire une excuse minable pour y maintenir une présence armée.
Déstabiliser l'illusion de calme politique pour exterminer la rébellion en toute impunité a été un jeu d'enfant pour le gouvernement Ivoirien: jouer sur les rancoeurs et les frustrations d'une population qui ne demandait qu'une légitimité pour piller les richesses de l'envahisseur. Rien de bien nouveau dans le phénomène de manipulation du peuple, mais il présente une cruelle inertie. L'abcès de haine est déclenché et rien ne sera plus comme avant pour les Français expatriés. Ce n'est pas parce que la colonisation est ancienne qu'elle est oubliée.


09/11/2004

Des funérailles commes les autres
-Ded: T'as vu? les neufs militaires tués en côte d'Ivoire ont droit à une bonne cérémonie bien catholique dans une église. Tu crois qu'ils étaient tous catho? On dirait qu'ils oublient un peu leur discours sur la laïcité, avec leur penchant ostensible...

-Lyly: Ouais, c'est un peu comme ma cousine qui est athée comme c'est pas permis et qui va faire baptiser sa fille.

-Ded: Et il parrait même qu'il y a des tas de personnes non chretiennes qui fêtent Noël...


03/11/2004

Pas envie
Pas envie d'infos ce soir. Pas envie d'entendre une fois de plus les résultats qui annoncent quatre ans de Jules César en plus. Pas envie de voir défiler les experts en enculage de mouche qui vont prédire l'avenir incertain du moyen orient. Pas envie d'écouter des électeurs lobotomisés guidés par leur sacro-sainte peur de tout et leurs mauvais arguments de vote. Pas envie d'imaginer le prochain pays qui va subir 100 000 morts civils avec des morceaux éparpillés partout. Pas envie de constater que plus un régime est liberticide, plus la population en redemande (facile de comprendre l'épisode nazi avec ça). Pas envie de savoir combien d'avions ils vont devoir se prendre sur la gueule pour comprendre. Pas envie d'entendre le mot "sécurité" ce soir. Pas envie d'entendre "god bless america".


01/11/2004

Eternal questions of the human kind
La reprise des bonnes résolutions cinématographiques semble être survenue au bon moment, encouragée par une affiche discrètement remplie de petits chefs d'oeuvres. Après l'excellent et initiatique Collateral, c'était au tour d'eternal sunshine of the spotless mind, au titre volontairement difficile à mémoriser car un des thèmes est celui de la mémoire. Bien sûr, ce n'est pas le sujet principal du film, mais plutôt un outil pour titiller le spectateur sur différentes questions à propos des relations humaines. Pour parvenir à retracer un semblant de synopsis, il faut replacer les évènements dans le bon ordre, car le montage offre une vision non linéaire et non chronologique du récit. C'est simplement l'histoire d'un couple gagné par la routine, et dont la femme décide de se faire effacer tous les souvenirs concernant son homme. Fou de douleur, il va reproduire la démarche pour effacer tous ses souvenirs la concernant. Cela aboutit forcément à une nouvelle rencontre vierge de tout jugement. Replacée dans ce sens, l'histoire semble bien chiante, mais elle est servie par une très bonne interprétation, et un montage très subtil.
Il en ressort une réflexion évidente sur le constat que les relations humaines ne sont pas forcément conditionnées par la personnalité des individus, mais par les épisodes vécus, et les souvenirs de chacun. Toute interaction sera indéniablement conditionnée par le passé qui vient écraser le présent. Cela n'a rien d'exceptionnel comme vision, mais j'ai été conduit à me poser une question un peu dérangeante. Si mes souvenirs étaient effacés, et que je rencontrais à nouveau Juliette, la seule de mes ex qui ait remporté le titre et le grade de garce suprême, hystérique et mythomane devant l'éternel, manipulatrice et opportuniste à temps plein, vénale et avare autant que possible, que se passerait-il? Me ferais-je avoir encore une fois? Vivrais-je une nouvelle histoire? Aurait-elle un autre dénouement?
Aussi douloureux soient-ils, je préfère garder mes souvenirs, avec le fiel qui les accompagne, la rancoeur et l'amertume, et une irrépressible haine que seule cette personne arrive à provoquer.